"Vous savez mon attachement aux peuples premiers. Par conséquent, les actions et projets concrets qui permettent de créer des liens entre les peuples indigènes, les populations traditionnelles d’Amazonie et la France ont tout mon soutien."

Pierre Rabhi, fondateur du mouvement colibris et parrain d'Amazônia

Pierre Rabhi

 

Paysan, écrivain et penseur français d'origine algérienne, Pierre Rabhi est l’un des pionniers de l’agriculture écologique en France. Il défend un mode de société plus respectueux des hommes et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles accessibles à tous et notamment aux plus démunis, tout en préservant les patrimoines nourriciers. Il est aujourd'hui reconnu expert international pour la sécurité alimentaire et a participé à l’élaboration de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification.

Pierre Rabhi appelle à "l'insurrection des consciences" pour fédérer ce que l'humanité a de meilleur et cesser de faire de notre planète-paradis un enfer de souffrances et de destructions. Devant l'échec de la condition générale de l'humanité et les dommages considérables infligés à la Nature, il nous invite à sortir du mythe de la croissance indéfinie, à réaliser l'importance vitale de notre terre nourricière et à inaugurer une nouvelle éthique de vie vers une "sobriété heureuse".

Pierre Rabhi a été à l’origine de nombreuses structures, nées de sa propre initiative ou de ses idées comme l’association Terre & Humanisme, le Mouvement des Oasis en Tous Lieux, et plus récemment le Mouvement Colibris.

Il est sollicité pour de nombreuses conférences dans le monde, et a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages dont “Vers la sobriété heureuse”, "Pierre Rabhi, semeur d’espoirs – entretien avec Olivier Le Naire" ou encore "L’Agroécologie, une éthique de vie" (Actes Sud) et "La puissance de la modération" (Éditions Hozhoni).

Notre Parrain: Pierre Rabhi

Partenaires en France

Partenaires scientifiques / techniques 
Alexandre Goulart

Alexandre Goulart est économiste, titulaire d'un Master en Développement Economique, Espace et Environnement de l’Institution Economique de l’Université de Campinas, au Brésil. Il développe ses compétences et expériences en Amazonie depuis 1994 où il a dans un premier temps travaillé pour des projets d'auto-gestion et connaissances traditionnelles en lien avec les seringueiros (collecteurs de latex), habitants de la réserve extrativiste du Haut Jurua dans de l'Etat de l'Acre. 


Les projets de gestion territoriale et environnementale, d’ethno-développement, de stratégies de formation pour la gestion de projets, de coopération binationale et internationale, de commerce équitable, de valorisation des connaissances traditionnelles, font partie de ses compétences, expériences professionnelles et de vie.

Les actions en lien avec les peuples indigènes et traditionnels du Brésil et d’Amérique latine sont depuis toujours sa passion. En France depuis quelques années, il a décidé d’être un appui solide pour aider l’association Amazônia dans ses démarches et projets.

José Pimenta

José Pimenta est professeur d’anthropologie à l’université de Brasilia, responsable pédagogique du Master pro destiné aux communautés indigènes et populations traditionnelles. Thèmes des travaux: développement durable / les grands projets / la frontière Brésil/Pérou (conflits, infrastructures, politique, Etats et peuples autochtones). 

Anthropologue spécialiste du peuple Ashaninka, il a écrit " De l'échange traditionnel à l'économie du développement durable- La notion de "projet" entre les Ashaninka du Haut-Juruà (Amazonie Brésilienne)"

 

En février 2017 et mars 2018, il a permis et accompagné des membres de l’association dans leur rencontre avec le village Ashaninka d’Apiwtxa (région de l’Acre au Brésil).

Ses connaissances de ce peuple, son expérience du terrain, ainsi que ses analyses pertinentes toujours tintées d’humour ont pu apporter à l’association Amazônia différents niveau de lecture, ce qui est essentiel lorsque l’on souhaite mettre en place des projets interculturels dans un contexte aussi complexe qu’est celui de l’Amazonie

BIOCOOP « Le Sillon Bio »

Parc commercial de la Colleraye

44260 SAVENAY

Partenaires privés 

Partenaires en Amazonie

A Belem

L’Alliance Française de Belem est la quatrième alliance française la plus importante du Brésil. Il s’agit d’une institution française reconnue dans le monde entier, et qui se situe aux portes de l’Amazonie. Des perspectives d’échanges interculturels peuvent donc être envisagées entre l’Association Amazônia et un public amazonien brésilien urbain.

 

Peabiru est un partenaire avec lequel nous allons développer un projet autour de l’élevage des abeilles sauvages. Ils ont une très grande expertise dans la conduite et le déploiement de projets concrets bénéfiques aux communautés de Ribeirinhos (communautés vivant au bord des fleuves) d’Amazonie Atlantique.

Dans l'Acre

L’Association Apiwtxa coordonne le programme Alto Juruà. Plus précisément, elle gère la mise en place et le suivi des divers projets du village Apiwtxa. Et plus largement selon le contexte, elle aide à la valorisation des produits de l’agro-foresterie, au fonctionnement de la coopérative Ayompare, à la replantation, à la gestion des ressources piscicoles, à la surveillance et à la protection du territoire face aux menaces.

L’Association des Femmes Indigènes aborde des thématiques liées aux femmes comme la reconnaissance politique, la valorisation de leur travail artisanal, la médecine et la maternité traditionnelles.

CPI AC (Comissao Pro Indio do Acre) gère la formation, la réalisation et le suivi des plans de gestion : source documentaire, orientation, mise en réseau. Il s’agit d’une ONG incontournable dans l’Acre. Il faut savoir que dans beaucoup d’Etats et notamment celui de l’Acre, les ressources sont gérées par des plans de gestion mis en place par l’Etat et bien établis.

En représentant tous les peuples indigènes l’Acessoria dos Povos Indigena par son expertise anthropologique apporte un appui important tant au niveau politique qu’en terme de réseau ou relais dans l’Etat de l’Acre.

OPIJ (Organisazao dos Povos Indigenas do Juruà) est un appui politique et technique   non négligeable dans la région de l’Alto Juruà. Cette région est caractérisée par une grande diversité ethnique, c’est pour cela que des projets importants y sont montés. L’OPIJ est une institution de référence dans cette région, elle est donc une structure assurant la captation de financements, afin de permettre la réalisation de projets concrets.

© Crédits Association Amazônia - Juin 2018

  • White Google+ Icon
  • Twitter Clean
  • Facebook Clean